Des Plexiglas pour être hors d’eau, hors d’air…

Un article un peu technique car c’est l’heure  de fermer le catamaran, et de le mettre hors d’eau hors d’air. Depuis la dernière tempête, nous avons démontés la serre, et protégés de manière sommaire le catamaran.

Ne souhaitant pas réaliser ses hublots, pour certains, complexes en forme, nous avons confiés ce travail à un prestataire de service, la société Plastiques de l’estuaire . Thierry son gérant, m’a ouvert les portes de son entreprise pour participer à la réalisation. Accompagné de Christian, son cousin que j’ai rencontré dans une autre vie professionnelle, nous nous sommes attelés à la tache. Pour informations nous avons choisi du PMMA (plexiglas de 8 à 10mm) et de couleur gris fumé.

La réalisation de nos hublots, nécessite tout d’abord de disposer de gabarits. Certains hublots sont plats, d’autres fortement galbés. Nous devons fournir pour ces derniers, des moules ou plus précisément un marbre pour les réaliser.

Pour ceux-ci, une fois la découpe effectuée, les hublots passent sur ce marbre dans un four à 160 degrés. Ce four permet de donner la forme définitive au plexiglas.

Retour sur le bateau, pour positionner tous ces hublots et définir la zone de collage.

Cette zone de collage est très importante, car elle définie aussi la zone de peinture extérieure, mais j’y reviendrais. A ce stade, il faut aussi définir les perçages côté hublots et côté bateau. Il faut que les trous des vis de fixations aient assez de jeu pour supporter les différences de dilatation entre le hublot et la coque.  Le perçage est donc légèrement supérieur au diamètre de la vis canon.

De même, si vous montez un plexiglas dans une feuillure, c’est à dire encastré dans une réservation faite dans le composite, il est important de prévoir une dilatation du plexiglas. Dans mon cas et pour le hublot latéral qui fait pas loin de 2M50 de long, nous avons laissé a peu près 10mm de jeu au extrémité et 5mm en haut et en bas. Le plexiglas travaille dans le temps, surtout dans le sens longitudinal.

Retour à l’atelier, pour scotcher toutes ces zones, les poncer et appliquer le primaire. Pour ceux qui ne connaissent pas, le primaire est un produit permettant l’accrochage de la colle entre le plexiglas et le composite du bateau.

Le primaire terminé, passons à la peinture extérieure. Cette peinture permets de cacher, de l’extérieur, les zones de primaire intérieures. L’application au scotch doit suivre la zone intérieure et la recouvrir d’environ 1cm.

Nouveau Ponçage des ces zones extérieures, application d’un primaire d’accrochage, d’une première couche de peinture noire à la bombe, d’une deuxième couche, et pour finir d’un vernis.

11 plexiglas à réaliser et 3 jours d’atelier. Comme pour beaucoup de chose, quand on veut un résultat parfait, il faut y passer du temps.

Viens ensuite la pose de ces hublots sur le bateau. Sur les conseils de Thierry, nous avons souhaiter coller et visser les plexiglas en forme, pour assurer le coup.

L’équipe commando, Thierry, Christian et votre serviteur, sont en place. Pistolet à Sika, raclette, Vis canon, perceuse, et Alcool à bruler sont au garde à vous. Ce dernier produit est essentiel. Le Plexiglas n’accepte rien d’autres. Surtout pas d’Acétone car vos plexis seront à jeter.

Tout commence par la protection du bateau, avec la pose du masquage puis du joint à la limite des découpes. Ce joint est essentiel, car il assure la finition, évite que le Sika coule à l’intérieur et assure une quantité minimale de Colle. (de 3 à 5mm d’épaisseur).

Application de la colle Sika au pistolet, sur les pourtours, et présentation du plexiglas, centré sur les fixations des vis, grâce à deux forêts.

A nouveau du Sika dans chaque trous de vis, puis serrage définitif. Nettoyage à l’alcool à bruler intérieur et extérieur, sans toucher au bourrelets de colle.

Pour information, ile ne faut jamais reprendre le placement du sika et ne jamais dévisser les fis de fixation. Ces étapes sont essentielles pour assurer une étanchéité parfaite.

Après plusieurs jours de séchage, application des joint congés extérieurs, pour une finition tip-top.

Merci à Plastiques de l’estuaire pour le sérieux et la qualité de son travail, merci à Thierry et Christian.

Et maintenant le résultat.

PS : Pour ceux que ça intéresse, Plastiques de l’estuaire a tout ce qu’il faut (notamment les moules) pour réaliser vos nouveaux plexiglas, sur un maldives 32. Je passe l’info car car il s’agit d’un petit cata comme le notre.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *