J’enduis, tu enduis, il enduit mais pas que !

Epreuve tant redoutée dans la construction d’un bateau, nous avions repoussé au maximum cette échéance. Mais nous y sommes, la fleur au fusil en avant bataillon.

La finition intérieure du bateau dépends énormément de cette étape. Les défauts majeurs sont éliminés avec cette première passe d’enduit. Puis intervient un premier ponçage. Une deuxième couche d’enduit est souvent nécessaire puis un deuxième ponçage. Puis une troisième couche d’enduit, puis un troisième ponçage. Puis un…. non j’arrête là, car je pourrais remplir la page. En fait le nombre de couche d’enduits dépends du niveau de finitions exigé par le capitaine, en d’autres termes il s’arrête parfois quand les p…tains, et f….s chier associés volent.

Dans notre cas nous souhaitons une finition relativement parfaite, donc nous mettons beaucoup de cœur à l’ouvrage, et nous savons que ça va être long…

Afin de rompre la monotonie des métier d’enduiseurs et de ponceurs, nous en avons profité pour descendre les deux ponts du catamaran.

Donc je reprends, une couche d’enduit, une séance de ponçage, une deuxième couche d’enduit, une deuxième séance de ponçage, mi-temps nous travaillons sur les ponts avec les découpes des hublots, panneau de pont, et repérage des emplacements d’accastillage et à nouveau une couche d’enduit une couche de ponçage, bref vous avez compris….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *