Le rêve d’une Ile

Je l’ai lu….que du bonheur et du rêve…

Voici  l’avis de la communauté STW

Le jury de la Commission Livres de mer de l’association Sail The World s’est réuni le 29 octobre à Port-Vendres (66) et a décidé d’attribuer le Prix Albatros du meilleur récit de mer à Olivier Le Carrer pour son ouvrage « Le rêve d’une île » publié par les Éditions GLÉNAT.

« Ah que voilà un livre réjouissant ! L’auteur sait écrire et ça se sent dès les premières lignes. Et puis c’est plein d’humour et puis il sait de quoi il parle, notamment quand il s’agit de choisir un bateau, d’arriver là où on veut et que le plus dur reste alors à faire: le mouillage.

Si un livre de mer se doit d’être une œuvre littéraire et non la transcription maladroite d’un journal de bord, alors on a là un rare livre de mer débordant de sensibilité et d’émotions.

Il est évident que le milieu insulaire est un peu particulier et il est souvent abusif de décrire toutes les îles comme des
« petits paradis ». Pourtant, pour se rendre à l’embarcadère de l’île d’Arz, petit paradis morbihannais, ne doit-on pas traverser un hameau justement dénommé « le purgatoire » ! Le Carrer ne verse pas dans les clichés et sait évoquer le purgatoire (rarement l’enfer) avant d’atteindre des paradis qui ne sont peut-être plus ce qu’en avaient écrit des navigateurs plus anciens mais restent le plus souvent de merveilleux objectifs.

On attend avec avidité le moment où il nous dévoilera son BDM (bout du monde) car on a très envie d’en faire le sien aussi. Et on ne s’attend pas à cette destination car les critères qu’il développe tout au long de son ouvrage ne correspondent pas à l’image que l’on se fait de ce lieu. Il y aurait des idées toutes faites ? Non nous ne vous dévoilerons pas ce havre, de crainte que nous nous y retrouvions trop nombreux !

N’oublions pas de signaler les aquarelles discrètes, fines, délicates de Sibylle Le Carrer, que l’on découvre au fil des pages et qui ne font qu’ajouter au plaisir de feuilleter ce livre.

Un livre à lire absolument si vous avez déjà largué les amarres pour des îles plus ou moins lointaines et surtout si vous n’avez pas encore osé le faire. »

Jacques de Certaines, Jean-Pierre Gachet, pour la Commission Livres de mer STW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *