Nos premiers bords ….

La vie de marins d’eau douce, débute bien un jour…Pour nous, c’était à l’enfance et à l’adolescence.

Pour Geneviève, à partir de 7 ans, rendez-vous chaque été à l’école de voile de l’Ile Grande (22) pour embarquer à bord d’optimists, de 320, lasers et autres Moth. En camping tous les étés sur l »Ile Aval (face à l’Ile Grande), ses parents rachètent à l’école de voile un vieux 420 à retaper. L’année suivante, à 13 ans, elle participe aux 24 Heures de Plougastel. Pas de podium bien sur, mais des souvenirs de navigation de nuit et des images à couper le soufle dans ce cadre féérique…

En ce qui me concerne, j’avais acheté avec des copains, un dériveur, inconnu au bataillon, on savait juste qu’il était allemand, et qui s’appelait « Jeton ». Un gros bateau pour des p’tits gars, car il faisait déjà 4m95. Grâce à internet, j’ai retrouvé quelques photos de ce dériveur  :

Un bateau élancé, bas sur l’eau, large sur l’arrière et un brin puissant pour nos p’tits bras. Bref après quelques sorties vraiment côtières, je décide de m’élancer en solo, pour braver l’océan et son vent. A peine sortie du port, me voilà à l’envers dans le chenal. Après des minutes de combat et avec l’aide de la SNSM, me voilà à l’endroit et cerise sur le gâteau, avec un mat décrivant un angle à 90°. Je ne vous raconte pas, l’explication de texte des parents et les petits boulots pour payer un mat neuf (sur mesure svp), et puis finalement la revente dans la foulée.

Suite à cet épisode de quelques étés, la voile pour moi s’arrête quasiment là, avec ponctuellement, quelques locations de cata de plage par ci par là.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *